Exposition temporaire Maison Bonaparte -De la Corse à la Cour, Notables corses du Second Empire

24 avril 2017

Jusqu'au 9 juillet 2017 Musée national de la Maison Bonaparte

Si la figure de Napoléon Bonaparte a rendu la Corse célèbre dans le monde entier, les Corses se souviennent que c’est Napoléon III qui a le plus fait pour l’île : son entourage était composé de nombreux insulaires et il a soutenu de grands projets dans ce département où il s’est rendu avec l’Impératrice Eugénie en 1860. Les Corses s’enthousiasment alors : c’est la première fois que leur souverain se rend en Corse, et il est lui-même corse !
Le règne de Napoléon III a été pour la Corse une période de fort enrichissement, et si le patrimoine lié au premier Empire est assez discret dans l’île, il n’en est pas de même de celui du second Empire. De nombreuses demeures, des vêtements, des bijoux, des portraits, mais aussi des correspondances ou des publications attestent du faste et de l’activité d’une élite sociale vivant entre Paris et la Corse : à Ajaccio, Bastia, Corte, Sartène ou l’Île-rousse, mais également dans de moindres villages.

Ces Corses participent à l’activité diplomatique du Second Empire tel l’ambassadeur Benedetti (celui de la dépêche d’Ems) ; gouvernementale, comme le maréchal d’Ornano ou le ministre Abbatucci ou encore faisaient partie du cercle le plus proche de l’Empereur et de l’Impératrice à l’instar de Conti, chef de cabinet de l’Empereur, Franceschini-Pietri secrétaire particulier, Bacciochi premier chambellan et surintendant des spectacles de la Cour et de la musique, Rodolphe d’Ornano premier maître des cérémonies ou Conneau et Pietrasanta, medecins.
Cette exposition se propose de réunir des témoignages de l’activité et du mode de vie de ces élites : cadeaux des souverains, ou objets d’art, commandes de portraits aux plus grands peintres du temps, documents relatifs aux demeures somptueuses qu’elles se font bâtir, témoignages enfin de leur activité politique à Paris et en Corse, ou de leur vie sociale.
Cette époque correspond également à l’apparition de la photographie, et ces élites ne vont pas hésiter à commander leur portrait aux photographes qui s’installent alors en Corse ; ceux-ci sont souvent d’anciens peintres qui réunissent les deux approches : picturale et photographique. Les familles et les musées corses conservent un grand nombre de ces portraits.